What’s new in Cardiothoracic Imaging (French) – September 2020

2 ans ago

 

Le taux de croissance des nodules d’adénocarcinome pulmonaire partiellement solides à la TDM thoracique

Constance de Margerie-MellonLong H NgoRitu R GillAntonio C Monteiro FilhoBenedikt H HeidingerAllison OnkenMayra A MedinaPaul A VanderLaanAlexander A Bankier

https://pubs.rsna.org/doi/10.1148/radiol.2020192322

Des chercheurs de l’Université de Harvard et de l’Université de Vienne cherchent à valider le modèle de croissance exponentielle des nodules partiellement solides (PSN) et des nodules de verre dépoli (GGN) dans une cohorte de patients atteints d’un adénocarcinome pathologiquement prouvé. En utilisant leur vaste base de données histopathologiques, les chercheurs ont identifié 74 nodules sur un total de 750 adénocarcinomes qui répondaient à leurs critères d’inclusion/exclusion, soit une tomodensitométrie à trois moments différents, démontrant des nodules partiellement solides ou des nodules en verre dépoli. Les chercheurs ont divisé ces 74 nodules en GGN (50 ou 68%) et PSN (24 ou 32%). Dans cette étude rétrospective, deux radiologues, à l’aveugle, ont utilisé un algorithme de convolution commercial des tissus mous pour segmenter automatiquement les nodules en verre dépoli (GGN) et les nodules partiellement solides (PSN) afin d’estimer le volume global de base et de suivre la croissance des nodules à au moins trois moments avant la résection. Un modèle linéaire à effets mixtes a été appliqué pour simuler la moyenne des données et la variance/covariance des courbes de croissance du volume. En utilisant ces données, des modèles de croissance standard ont été appliqués pour simuler des modèles de croissance linéaire, exponentielle, quadratique et de loi de puissance. L’analyse a été effectuée par r2 (R2 ajusté) et l’erreur quadratique moyenne (EQM), où le modèle le mieux adapté aurait la r2 la plus élevée et l’EQM la plus faible. La courbe de croissance exponentielle s’est avérée être la meilleure ligne d’ajustement dans la modélisation de la croissance des GGN (r2= 0,89, RSME= 688) et des PSN (r2=0,95, RSME=146). L’utilisation d’examens TDM séquentiels a permis d’estimer les vitesses de croissance des GGN et des PSN, ce qui a révélé des associations intéressantes avec les caractéristiques morphologiques, cliniques et histologiques des TDM. Par exemple, on a constaté que les GGN croissaient plus rapidement que les PSN, la pente des GGN étant près de deux fois supérieure à celle des PSN. Le temps de doublement des adénocarcinomes in situ était significativement plus long que celui des adénocarcinomes invasifs (939 jours contre 679 jours, P=0,01). Plusieurs autres associations intéressantes ont été observées. Les chercheurs ont en effet constaté qu’aucun modèle de croissance ne correspondait parfaitement à celui des tumeurs, qui ont été interrogées. Ils offrent une explication raisonnable en ce sens que les tumeurs sont intrinsèquement hétérogènes et qu’il est possible qu’aucune ne croisse exactement de la même façon. Les différences peuvent être attribuées à des différences dans les caractéristiques agressives de base ou dans le modèle de croissance architectural. Comme le modèle exponentiel est le plus performant, les chercheurs proposent que ce modèle soit utilisé pour estimer la croissance des tumeurs, en tenant compte du fait qu’en raison de l’hétérogénéité inhérente, de petites différences sont à prévoir et qu’il faut utiliser des caractéristiques analogues pour obtenir une image plus complète du comportement de ces adénocarcinomes in situ.

 

Le diagnostic et le traitement précoce raccourcissent le délai de résolution de la pneumonie à coronavirus (COVID-19) et diminuent les scores plus élevés et le dernier score de la tomodensitométrie du thorax séquentielle

Guoquan Huang, Tao Gong, Guangbin Wang, Jianwen Wang, Xinfu Guo, Erpeng Cai, Shirong Li, Xiaohu Li, Yongqiang Yu et Liangjie Lin

American Journal of Roentgenology 2020 215:2, 367-373

https://www-ajronline-org.liboff.ohsu.edu/doi/full/10.2214/AJR.20.23078

Des chercheurs de Wuhu, en Chine, ont mis au point un système de classification TDM amélioré pour suivre les patients infectés par le nouveau Coronavirus. Il est bien connu que les manifestations typiques du COVID-19 au scanner sont les opacités périphériques de verre dépoli (GGO). Au fur et à mesure de l’évolution de la maladie, un motif de « crazy paving » apparaît parmi les zones de GGO, qui se consolident ensuite. Ce nouveau système améliore le système de classification standard afin de tenir compte de cette évolution clinique attendue en augmentant le score de +1 pour la présence d’un « crazy paving » et de +2 pour la consolidation, ce qui fait passer le score lobaire maximal de 5 à 7, et donc le score total de 25 à 35. En utilisant ce nouveau système, dans une revue rétrospective, une population de 30 patients positifs au COVID-19 a été divisée en deux groupes différents. Le groupe A est celui des patients qui ont été diagnostiqués et traités précocement, c’est-à-dire 3 jours ou moins après l’apparition des premiers symptômes; tandis que le groupe B s’est présenté plus de 3 jours après l’apparition des premiers symptômes. Il n’y avait pas de différence statistique de sexe ou d’âge entre les groupes. Une fois divisés, les tomodensitométries séquentielles des groupes A et B ont été soumises à ce système de notation modifié ; le temps de résolution de la maladie, le score maximum de la TDM et le dernier score de la CT ont été utilisés comme critères d’évaluation de l’étude.  Les scores TDM séquentiels de chaque patient ont été interpolés et le temps nécessaire à la résolution de la maladie a été estimé en utilisant le point temporel de la valeur la plus élevée de la courbe. Les tendances de variation des scores CT séquentiels pour le groupe A et le groupe B ont été tracées à l’aide d’un ajustement lorentzien des formes linéaires aux scores TDM moyens de chaque groupe. Les derniers scores TDM pour les groupes A et B ont été analysés à l’aide d’un test de Mann Whitney. Sur les 25 patients inscrits à l’étude (14 dans le groupe A et 11 dans le groupe B), le diagnostic et le traitement précoces ont été positivement corrélés au score TDM maximal, au délai de résolution de la maladie et au dernier score TDM. Pour les patients chez qui le diagnostic et le traitement ont été faits en moins de 3 jours après l’apparition des symptômes, le score maximum TDM des patients était statistiquement différent et plus faible (10 contre 16), le délai de résolution de la maladie était plus court (6 jours contre 13) et le dernier score CT plus faible (3,14 +/- 2,41 contre 5,54 +/- 1,20). Ces résultats indiquent que le dépistage et le traitement précoces, même s’il ne s’agit que de soins de soutien, sont essentiels pour limiter la gravité et la longévité de la maladie. En utilisant des scanners TDM séquentiels et leur nouveau système de notation, les chercheurs ont pu décrire quantitativement et précisément l’évolution de la pneumonie à COVID de GGO, à GGO avec un « crazy paving », pour consolider et valider que le diagnostic et le traitement précoces ont une corrélation positive avec la gravité de la maladie et le temps nécessaire à sa résolution. Une étude plus puissante serait la bienvenue pour valider ces résultats dans une cohorte plus large.

 

Étude comparative du coronavirus chez les jeunes et les adultes

Zhu, Tingting MD, PhD* ; Wang, Yujin MD* ; Zhou, Shuchang MD, PhD* ; Zhang, Na PhD† ; Xia, Liming MD, PhD*

Journal of Thoracic Imaging : Juillet 2020 – Volume 35 – Numéro 4 – p W97-W101

https://journals.lww.com/thoracicimaging/Fulltext/2020/07000/A_Comparative_Study_of_Chest_Computed_Tomography.13.aspx

Des chercheurs de la province de Hubei ont effectué une étude rétrospective de 72 patients adultes hospitalisés présentant des symptômes et dont les cas de COVID-19 ont été confirmés. Ces 72 patients ont été divisés en deux groupes : un groupe d’adultes « plus âgés » définis comme ayant un âge > 60 ans et un groupe d’adultes « plus jeunes » définis comme ayant un âge < 60 ans. La fièvre (81,9 %) et la toux (38,9 %) étaient les symptômes les plus fréquemment rapportés, la dyspnée et la fatigue étant rapportés chez un nombre similaire de patients dans les deux groupes. Les examens par TDM du thorax ont été passés en revue et évalués pour 1) la distribution de la maladie (centrale vs périphérique) 2) le nombre de lobes impliqués, la lingula étant incluse comme un lobe distinct 3) la densité des lésions (opacités purement en verre dépoli, opacités en verre dépoli avec consolidation, ou opacités de consolidation) 4) les changements interstitiels (réticulations, épaississement des septas interlobaires, réticulations sous-pleurales, etc. ) 5) les signes radiologiques accompagnateurs tels que la vacuolisation, les bronchogrammes aériques ou l’engorgement vasculaire 6) les réactions pleurales (épaississement pleural, traction pleurale et épaississement pleural). Bien que la puissance de l’étude soit relativement faible avec une cohorte de seulement 72 patients, les chercheurs observent les caractéristiques les plus courantes de la présentation de COVID-19 symptomatique chez les adultes. Le groupe de patients plus âgés a été noté comme ayant une différence statistiquement significative dans l’atteinte pulmonaire, 67,9 % de ce groupe présentant une atteinte des 6 lobes contre seulement 36,4 % des cas dans le groupe de patients jeunes. Les deux groupes présentaient une densité de lésions similaire, avec des opacifications de verre dépoli et une consolidation mixte prédominante chez une majorité de patients (81,9 %). Les groupes présentaient une distribution similaire de la maladie avec une atteinte périphérique prédominante notée dans 70,3 % des cas. Les patients plus âgés présentaient des lignes sous-pleurales (50 %) et un épaississement pleural (71,4 %) sur la TDM à un taux plus élevé que leurs homologues plus jeunes. Ces données suggèrent que les résultats de verre dépoli mixte et d’opacités de consolidation à prédominance périphérique, qui sont les résultats de TDM les plus courants chez les personnes symptomatiques, sont exacts. Les personnes plus âgées présentaient systématiquement un schéma plus diffus d’atteinte pulmonaire par rapport au groupe plus jeune, ce qui pourrait expliquer l’écart observé entre la mortalité et la morbidité chez les patients âgés infectés par la COVID-19. Les auteurs proposent que les autres résultats statistiquement significatifs de l’épaississement de la plèvre et des lignes sous-pleurales trouvés dans les populations de patients plus âgés peuvent être liés aux différences de réponse à l’inflammation du parenchyme pulmonaire dans la cohorte plus âgée et peuvent être un marqueur de la progression de la maladie.

 

Trouvaille accidentelle de calcifications des artères coronaires et risque d’accident vasculaire cérébral chez les patients atteints de fibrillation auriculaire

Dustin Hillerson, Thomas Wool, Gbolahan O. Ogunbayo, Vincent L. Sorrell et Steve W. Leung

American Journal of Roentgenology 2020 215:2, 344-350

https://www.ajronline.org/doi/abs/10.2214/AJR.19.22298

Des chercheurs de l’Université du Kentucky ont cherché à déterminer si la trouvaille accidentelle de calcifications coronariennes chez les patients souffrant de fibrillation auriculaire (FA) sur les tomodensitométries thoraciques de routine était associée à un accident vasculaire cérébral indépendamment de l’évaluation du risque CHA2DS2-VASc. Il est proposé que les calcifications des artères coronaires (CAC) pourraient être un substitut de la maladie coronarienne (MCAS) chez les patients atteints de FA. Deux cohortes ont été établies dans cette étude rétrospective, 203 patients ayant reçu un diagnostic de fibrillation auriculaire et ayant subi un accident vasculaire cérébral (AVC) et 203 patients atteints de fibrillation auriculaire sans AVC ; il est important de noter que chaque cas d’AVC a été associé à un cas de non-AVC, les patients présentant des facteurs de risque identiques. Les TDM de routine du thorax ont été passés en revue pour les deux cohortes afin de vérifier la présence de CAC, et l’étendue des CAC a été classée comme nulle, légère, modérée ou sévère. Les CAC ont été identifiés chez 129 patients ayant subi un AVC (63,5%) et chez 121 patients n’ayant pas subi d’AVC (59,6%) avec une valeur P de 0,46. Cependant, l’analyse de régression COX a identifié une relation temporelle significative entre la présence de CAC et la probabilité d’AVC avec un rapport de risque (RR) de 1,47 (95 % IC, 1,1-1,97 p < 0,01). 124 des 203 patients du groupe CAC sont décédés pendant le suivi, alors que seulement 60 des patients sans CAC sont décédés pendant la même période, produisant un RR de 1,6 (95% CI 1,17-2,18, p <0,01). Les auteurs proposent que la CAC accidentelle pourrait être ajoutée à l’outil d’évaluation des risques CHA2DS2VASc car ils ont démontré une association modérée avec les accidents vasculaires cérébraux et la mortalité. Les limites de cette étude sont un biais possible dû à l’examen rétrospectif et la mortalité due à d’autres facteurs de confusion.

References
  • Share