What’s new in Liver Imaging (French) – November 2020

4 ans ago

Carcinome hépatocellulaire (CHC)

 

Le Liver Imaging Reporting and Data System (LI-RADS) – catégorie envahissement tumoral endoveineux (LR-TIV) : une revue systématique et méta-analyse

Kim DH, Choi SH, Park SH, et al. Eur Radiol. Springer ; 2020;1-10.

Available from: http://link.springer.com/10.1007/s00330-020-07282-x.

Mots clés : LI-RADS, IRM, CT, CHC

Question clinique :

  1. Quelle est l’étiologie sous-jacente dans les cas de LR-TIV?
  2. Pourquoi les rapports radiologiques utilisant la catégorie LR-TIV présentent-ils une hétérogénéité?

Ce qui a été fait : Les pourcentages de CHC et de non CHC ont été calculés à partir des données méta-analytiques regroupées dans la catégorie LR-TIV.

Méthode :  Méta-analyse de 16 études antérieures identifiées par MEDLINE et EMBASE. Parmi celles-ci, il y avait 150 cas répertoriés dans la catégorie LR-TIV, dont 98 (65%) étaient un CHC et 52 (35%), une tumeur autre.

Constatations et résultats : La méta-analyse a démontré que 70,9 % des cas dans la catégorie LR-TIV étaient un CHC et 29,2 %, une tumeur autre. Elle met aussi en évidence les patients atteints de l’hépatite C qui présentaient des pourcentages plus élevés de CHC comme cause du résultat de LR-TIV. Finalement, il est intéressant de noter que dans les six études où seul le diagnostic pathologique a été utilisé comme norme de référence (les dix autres études ont utilisé une combinaison de diagnostic pathologique et suivi par imagerie), les pourcentages de CHC regroupés dans la méta-analyse étaient inférieurs à la moyenne.

Conclusion : Le CHC est davantage l’étiologie sous-jacente dans la catégorie LR-TIV que les autres tumeurs, en fonction de la norme de référence, des différences géographiques et de la conception de l’étude.

Implications : Toute tumeur maligne peut provoquer une tumeur endoveineuse, bien que le CHC soit l’étiologie la plus fréquemment signalée. La norme de référence utilisée pour le diagnostic peut affecter le pourcentage de CHC et de tumeur autre dans la catégorie LR-TIV. La conception de l’étude s’est avérée être un facteur important à l’origine de l’hétérogénéité des rapports.

 

Carcinome hépatocellulaire LI-RADS catégorie 5 (LR-5) : IRM préopératoire rehaussée à l’acide gadoxétique pour une stratification précoce du risque de récidive après une résection curative.

Wei H, Jiang H, Zheng T, et al. Eur Radiol. Springer ; 2020;1-14.

Disponible à l’adresse suivante: http://link.springer.com/10.1007/s00330-020-07303-9.

Mots clés : LI-RADS, stratification du risque, acide gadoxétique, IRM, CHC

Question clinique : Quel est le rôle de l’IRM préopératoire au gadoxétate dans la stratification du risque de récidive précoce après une résection curative du CHC LR-5 (v2018) ?

Ce qui a été fait : Étude prospective évaluant l’IRM rehaussée à l’acide gadoxétique chez 103 patients atteints de CHC (LR-5) qui ont présenté une récidive précoce (dans les deux ans post-chirurgie) après une résection à visée curative.

Méthode : 207 patients (Child-Pugh A) à haut risque de développer un CHC (cirrhose ou infection chronique par l’hépatite B) qui ont subi une IRM 3.0T au gadoxétate dans les deux semaines précédant la résection curative ont été suivis pendant une période pouvant aller jusqu’à deux ans. Seules les personnes présentant un CHC intra ou extra-hépatique pathologiquement confirmé ont été incluses. Une analyse de régression de Cox (risques proportionnels) a été effectuée pour identifier les prédicteurs possibles de récidive précoce.

Constatations et résultats : 53 des 103 patients ont eu une récidive précoce. Les trouvailles à l’IRM associées de manière significative à une récidive précoce comprenaient un rehaussement de la capsule, une hypointensité péritumorale sur la phase hépatobiliaire et un nodule satellite. Les patients ont été stratifiés en LR-5a (aucun des prédicteurs susmentionnés), LR-5b (un prédicteur) ou LR-5c (deux ou trois prédicteurs) et on a constaté que la survie sans maladie à deux ans était de 65 %, 39 % et 6 %, respectivement. Une alpha-foetoprotéine (AFP) > 400 ng/mL s’est également avérée être un facteur de risque.

Conclusion : La prédiction préopératoire de la récidive précoce de la maladie après la résection chirurgicale du CHC LR-5 peut être posée à l’aide de la présence d’éléments caractéristiques à l’IRM qui incluent le rehaussement de la capsule, l’hypointensité péritumorale sur la phase hépatobiliaire et le nodule satellite.

Implications : Les trouvailles à l’IRM au gadoxétate telles que le rehaussement de la capsule, l’hypointensité péritumorale sur la phase hépatobiliaire et la présence de nodules satellites pourraient aider à prédire la survie sans maladie.

 

Techniques d’imagerie du foie

 

Sur la dépendance de l’artéfact de mouvement cardiaque au cycle respiratoire dans l’imagerie pondérée en diffusion hépatique.

Riexinger A, Laun FB, Bickelhaupt S, et al. Baltzer PAT, éditeur. PLoS One. Public Library of Science ; 2020;15(10):e0239743.

Disponible à l’adresse suivante: https://dx.plos.org/10.1371/journal.pone.0239743.

Mots clés : IRM, artéfact de mouvement, DWI

Question clinique : Est-ce que l’imagerie pondérée en diffusion obtenue lors de l’inspiration peut réduire l’artéfact de mouvement cardiaque sur le lobe hépatique gauche ?

Ce qui a été fait : Étude comparative prospective de l’artéfact de mouvement cardiaque sur les IRM pondérées en diffusion obtenues en inspiration et en expiration chez 43 patients présentant des lésions hépatiques focales connues ou suspectées.

Méthode : Tous les patients ont eu une acquisition en apnée sur un TDM 1,5T. Les séquences d’imagerie pondérée en diffusion ont été obtenues pour un b=50 s/mm2 et 800 s/mm2 avec une retenue respiratoire du patient à l’inspiration et à l’expiration. Une analyse qualitative des séquences à l’aide d’une échelle de Likert a été effectuée par deux lecteurs. Le signal normalisé a été calculé sur le lobe hépatique gauche aux deux valeurs b pour les séquences d’imagerie pondérée en diffusion de chaque patient en dessinant une région d’intérêt. Le test des rangs signés de Wilcoxon a été utilisé pour l’analyse quantitative entre l’inspiration et l’expiration de chaque patient.

Constatations et résultats : Le signal normalisé à l’inspiration était légèrement plus élevé qu’à l’expiration, sans aucune signification statistique. L’évaluation qualitative n’a montré aucune différence.

Conclusions : Il n’y a aucune différence significative dans l’artéfact de pulsation sur le lobe hépatique gauche entre les séquences d’imagerie pondérée en diffusion à l’inspiration et  l’expiration.

Implications : Bien que l’arrêt de la respiration du patient pendant l’imagerie pondérée en diffusion du foie puisse réduire l’artéfact de mouvement cardiaque, il n’y a pas d’avantage significatif à effectuer cette méthode à l’inspiration par rapport à l’expiration.

 

Sur la stadification de la fibrose hépatique par la mesure semi-automatique de la nodularité de surface hépatique à l’IRM.

Kim SW, Kim YR, Choi KH, et al. Am J Roentgenol. American Roentgen Ray Society ; 2020;215(3):624-630

Disponible à l’adresse suivante : https://www.ajronline.org/doi/10.2214/AJR.19.22041.

Mots-clés : IRM, fibrose hépatique, semi-automatique

Question clinique : Quelle est la précision d’une méthode semi-automatique de mesure de la nodularité de surface du foie (NSF) à l’IRM de contraste pour la stadification de la fibrose hépatique ?

Ce qui a été fait : Un logiciel semi-automatique de quantification de la NSF a été développé et sa précision a été évaluée le comparant au score de Métavir calculé.

Méthode : Étude rétrospective de 132 patients qui ont subi une IRM hépatique rehaussée au gadoxétate six mois avant ou après une biopsie avec histopathologie pour la stadification de la maladie chronique du foie. Tous les patients ont aussi eu un prélèvement pour vérifier le taux sanguin des AST et plaquettes afin de calculer leur index fibrose-4.

Constatations et résultats : Le score NSF et le score de Métavir étaient fortement corrélés (coefficient de Spearman 0,713), avec des aires sous la courbe pour la NSF égales à 0,93, 0,98 et 0,83 pour F0-F1 contre F2-F4, F0-F2 contre F3-F4, et F0-F3 contre F4, respectivement.

Conclusion : Le score NSF calculé de manière semi-automatique sur la base de l’algorithme développé par les auteurs a une grande précision et corrèle avec le stade pathologique de la fibrose.

Implications : La capacité potentielle de calculer la NSF en se basant sur les caractéristiques à l’IRM de manière semi-automatique pourrait s’avérer être une méthode non invasive viable pour la détermination du stade de la fibrose hépatique.

 

Foie : Divers

 

Trouvailles à l’IRM dans le parenchyme hépatique périphérique à la métastase hépatique colorectale : un prédicteur potentiel de pronostic à long terme.

Nakai Y, Gonoi W, Kurokawa R, et al. Radiologie. Radiological Society of North America ; 2020;202367.

Disponible à l’adresse suivante : http://pubs.rsna.org/doi/10.1148/radiol.2020202367.

Mots-clés : IRM, métastases colorectales, pronostic

Question clinique : Peut-on prédire le pronostic à long terme selon les trouvailles à l’imagerie dans le parenchyme hépatique périphérique aux métastases hépatiques colorectales (MHCR) en utilisant l’IRM rehaussée au gadoxetate ?

Ce qui a été fait : La relation entre les trouvailles à l’IRM dans le parenchyme hépatique périphérique aux MHCR et les vaisseaux pathologiques ainsi que l’invasion du canal biliaire a été évaluée.

Méthode : Étude rétrospective de 106 patients ayant subi une IRM rehaussée au gadoxetate avant une chirurgie curative pour une MHCR sans chimiothérapie néoadjuvante. Trois radiologues spécialisés en pathologies abdominales ont évalué le rehaussement précoce, la réduction de l’absorption de contraste et la dilatation des voies biliaires en périphérie des MHCR à l’IRM. Tous les échantillons de tumeurs ont été réévalués pour déterminer s’il y avait invasion des veines et des voies biliaires environnantes. La régression de Cox et le critère d’information bayésien ont été utilisés pour identifier les prédicteurs de la survie sans récidive et de la survie globale.

Constatations et résultats : 148 MHCR ont été évaluées chez 106 patients. La dilatation des voies biliaires périphériques à la tumeur a été associée à une invasion pathologique de la veine porte et des voies biliaires ainsi qu’à un faible taux de survie sans récidive et de survie globale. Une combinaison de rehaussement précoce, de réduction de l’absorption d’acide gadoxétique et de dilatation du canal biliaire périphérique à la tumeur était prédictive d’une faible survie globale.

Conclusions/Implications : Les trouvailles à l’IRM dans le parenchyme hépatique périphérique aux MHCR étaient des prédicteurs du pronostic à long terme après une chirurgie curative.

 

Translated by: Elizabeth Foontaine – Laval university, Canada

References
  • Share